10 faits sur la thésaurisation | Comment les choses fonctionnent

Le garage peut être un endroit facile pour un accapareur de sortir de la piste et d'accumuler le désordre jusqu'à ce que la voiture se retrouve dans l'allée.

Même les plus organisés d’entre nous ont un tiroir à ordures ou un placard rempli de vieux vêtements, de chaussures et d’autres objets qui ont depuis longtemps dépassé leur apogée. Les thésauriseurs, cependant, amènent la collecte à un tout autre niveau et souvent malsain.

Ces dernières années, le monde a observé avec fascination les accapareurs représentés sur le câble à plus grande échelle. La plupart d’entre nous se demandent comment quelqu’un peut vivre dans un tel état, tandis que d’autres sont curieux de savoir comment ils sont devenus des thésauriseurs en premier lieu.

Malheureusement, beaucoup de gens ne réalisent pas que le comportement de thésaurisation est tout sauf un choix de vie conscient. En fait, il s’agit d’une maladie grave qui peut gravement perturber la vie du collectionneur, ainsi que celle de sa famille et de ses amis inquiets. Continuez à lire pour en savoir plus sur la thésaurisation, y compris les symptômes, l’âge d’apparition et les déclencheurs potentiels.

10 : C’est un problème étonnamment courant

Le véritable comportement de thésaurisation est en fait assez courant, avec de 2 à 5% de la population générale des États-Unis répondant aux exigences de diagnostic [source: WebMD]. Avant de vous diagnostiquer, nous ne parlons pas seulement de quelqu’un avec quelques centaines de CD qui traînent. Au lieu de cela, le comportement de thésaurisation clinique est caractérisé par l’incapacité de la personne à fonctionner ou à se déplacer dans sa propre maison.

Par exemple, il ne peut pas utiliser sa cuisine pour cuisiner des repas ou même atteindre la salle de bain à laquelle elle est destinée. Comme vous pouvez l’imaginer, il n’est pas sain pour quiconque de vivre ainsi, surtout lorsque de nombreux accapareurs sont émotionnellement attachés à de vrais déchets et se sentent souvent peinés par la culpabilité de jeter quelque chose qu’ils considèrent comme important. Souvent, les voisins avant tout le monde donnent un sens à la situation, car les parasites et les odeurs deviennent inévitables.

9 : Les symptômes sont profondément ancrés

Le comportement de thésaurisation finit par limiter les activités quotidiennes à mesure que les choses s'accumulent.

Les accapareurs ne se contentent pas de s’accrocher aux choses. La plupart du temps, ils voient une valeur significative dans les articles que le reste d’entre nous jette sans réfléchir. Parfois, les collectionneurs considèrent les objets comme une valeur artistique : bois flotté, boutons, cartes de vœux. Ou ils gardent des articles qui rappellent de bons souvenirs – même si cet article n’est qu’une tasse de restauration rapide.

Bien que la collecte ou le désordre soient certainement compréhensibles avec modération, les thésauriseurs trouvent un sens à presque tout ce qu’ils rencontrent, ce qui se traduit par une maison remplie de plus de bibelots que quiconque ne pourrait jamais en avoir besoin. Certains sont incapables de jeter même les ordures ou les déchets évidents.

De plus, ils ont du mal à prendre des décisions ou à organiser leurs affaires, alors leurs affaires s’empilent. Il est facile de voir à quel point le comportement de thésaurisation peut rapidement devenir incontrôlable.

Cependant, lorsqu’ils sont confrontés à des soupçons de thésaurisation, les gens soulignent souvent que la collecte de tels objets les aide à se sentir plus en sécurité dans leur propre maison. Mais les accapareurs ont aussi souvent honte de l’état de leur maison et deviennent antisociaux.

8 : Ça commence souvent pendant la puberté

La thésaurisation commence souvent à l’adolescence (vers 13 ou 14 ans), bien qu’il soit possible même pour les jeunes enfants de montrer des tendances en s’accrochant à de vieux jouets cassés ou à des bouts de papier inutiles [source: Mayo Clinic]. En règle générale, la gravité augmente avec l’âge et atteint encore plus souvent des niveaux ingérables chez les hommes et les femmes plus âgés [source: AARP]. En fait, il s’agit d’un problème sérieux parmi la population retraitée, dont beaucoup sont moins souvent supervisés (ce sont des adultes, après tout). Souvent, le problème passe inaperçu jusqu’à ce qu’un enfant adulte réalise ce qui se passe.

Les frères Collyer

Les frères Homer et Langley Collyer ont acquis une renommée douteuse en 1947 lorsque la police a découvert le couple décédé (Homer de famine, Langley écrasé parmi leurs affaires) parmi 136 tonnes de déchets. Les frères, considérés comme l’un des premiers cas documentés de thésaurisation, sont devenus des thésauriseurs reclus principalement parce qu’ils craignaient le cambriolage.

7 : Le traumatisme est un déclencheur

Pour certaines personnes, le comportement de thésaurisation est déclenché après un événement traumatisant de la vie. Une telle expérience peut aller du décès d’un être cher au divorce, à l’expulsion ou à la perte de biens dans un incendie. Souvent, les personnes qui ont vécu une telle expérience deviennent déprimées et peuvent développer un comportement de thésaurisation si leur dépression n’est pas traitée.

Les problèmes émotionnels post-traumatiques nécessitent un traitement professionnel.

6 : La composition du cerveau peut jouer un rôle

Dans une certaine mesure, les personnes qui thésaurisent peuvent être déterminées par le comportement. Des études ont montré des différences claires entre le fonctionnement du lobe frontal du cerveau chez les thésauriseurs et les non-thésauriseurs. En particulier, le lobe frontal est le segment critique du cerveau qui, entre autres, aide une personne à penser rationnellement et à envisager des options. Ainsi, dans le lobe frontal d’un thésauriseur, la question de savoir s’il faut jeter quelque chose peut être facilement déroutante.

La stigmatisation de la folle aux chats

Bien sûr, certaines personnes aiment vraiment les chats. D’autres, cependant, les accumulent dans une mesure malsaine pour le propriétaire, Fluffy et le gang (des dizaines, parfois des centaines). Habituellement, les collectionneurs d’animaux gardent les animaux domestiques à l’intérieur pour éviter d’être détectés. Parfois, un vétérinaire intervient lorsque les visites du propriétaire deviennent trop fréquentes, ou que les voisins détectent des odeurs ou des bruits anormaux. Comme la thésaurisation d’objets, la thésaurisation d’animaux est un problème grave qui nécessite un traitement à long terme.

5 : La cause est souvent environnementale

Bien que la composition du cerveau puisse augmenter les chances de thésaurisation, il est assez sûr de dire que de nombreuses personnes résistent à cette tendance. En fait, on croit fermement que les facteurs environnementaux jouent un rôle important dans le développement du comportement de thésaurisation. Par exemple, avoir des antécédents familiaux augmente considérablement la probabilité de devenir collectionneur, de sorte que l’éducation, ainsi que la prédisposition génétique, peuvent influencer le développement de la maladie.

De plus, environ la moitié de tous les thésauriseurs ont des antécédents de dépendance importante à l’alcool [source: Mayo Clinic].

4 : La dépression est souvent liée

La plupart des accapareurs finissent par déprimer lorsque leurs biens commencent à dominer leur vie et qu'ils se sentent impuissants à avoir accès à quoi que ce soit.

Les thésauriseurs compulsifs ne commencent généralement pas déprimés, mais plus de la moitié d’entre eux finissent généralement de cette façon [source: International OCD Foundation]. La thésaurisation favorise souvent un sentiment de bonheur, car l’acquisition d’objets bien-aimés aide les thésauriseurs à se sentir en sécurité. Trop souvent, le collectionneur est submergé par la culpabilité et la honte de l’apparence de sa maison, ce qui peut déclencher la dangereuse spirale descendante vers la dépression clinique.

3 : Le diagnostic est parfois un effort de groupe

Bien que la thésaurisation ne doive pas encore être classée comme une condition spécifique, les psychologues ont des lignes directrices pour établir un diagnostic. De toute évidence, une évaluation psychologique complète est nécessaire, au cours de laquelle le médecin recueillera autant d’informations que possible sur la propension à thésauriser et l’attachement émotionnel du patient aux objets.

Il devra également évaluer l’espace de vie pour faire la distinction entre le désordre ordinaire et le véritable palissade. Souvent, il demandera également à interroger sa famille et ses amis qui peuvent lui donner un point de vue différent sur la situation, par exemple si le comportement a ou non un impact négatif sur la vie quotidienne du patient.

Selon la clinique Mayo, il existe trois caractéristiques principales qui indiquent un thésauriseur. Premièrement, un véritable accumulateur acquiert des quantités excessives d’objets que les non-accumulateurs considéreraient comme inutiles et est émotionnellement incapable de s’en débarrasser. Deuxièmement, la maison du collecteur doit être classée comme pratiquement inutilisable en raison du comportement. Troisièmement, un accapareur ressentira une détresse importante à cause de la maladie, à la fois en termes de détresse émotionnelle et d’impact de la thésaurisation sur sa vie quotidienne.

2 : Le traitement nécessite plus qu’un simple balai et une benne à ordures

La thérapie cognitivo-comportementale (TCC) est souvent associée à des médicaments pour obtenir le meilleur résultat pour le patient. Étant donné que de nombreux thésauriseurs souffrent également d’autres problèmes psychologiques, tels que le TDAH, l’anxiété ou le trouble obsessionnel-compulsif (TOC), trouver la bonne combinaison peut prendre un certain temps.

La TCC est complexe et est pratiquée différemment par de nombreux psychothérapeutes, mais un patient peut s’attendre à approfondir les raisons de la thésaurisation et à apprendre de meilleures méthodes pour décider quoi garder et quoi jeter. Les thésauriseurs apprennent souvent des techniques de relaxation parce que jeter des objets de valeur est une expérience stressante pour eux. Un traitement continu est essentiel, car le comportement de thésaurisation ne peut jamais être officiellement « guéri ».

Options de médicaments pour les thésauriseurs

La paroxétine (Paxil) ou une variété d’antidépresseurs connus sous le nom d’inhibiteurs de la recapture de la sérotonine (ISRS) sont couramment prescrits pour traiter le comportement de thésaurisation.

1 : Les conséquences sont plus qu’une simple maison en désordre

La plupart des thésauriseurs traitent avec une famille ou des amis très inquiets dès que la situation est révélée – et pour une bonne raison. Les préoccupations comprennent un milieu de vie insalubre et un risque accru de chutes ou d’incendie en raison de conditions dangereuses. Sur le plan émotionnel, cependant, le potentiel d’effets à long terme est tout aussi important. Non traité, le comportement de thésaurisation peut conduire à un isolement social sévère, à une dépression clinique et même au suicide. Et lorsque les accapareurs se font soigner, ils ont souvent un long chemin à parcourir, car il s’agit d’un comportement délicat et difficile à gérer.

Beaucoup plus d’informations

Articles Liés

  • 5 cas célèbres de hamsters
  • 5 façons d’aider un hamster
  • 7 signes et symptômes de dépendance
  • Top 5 des conseils pour éviter le suremballage

Plus de bons liens

  • La thésaurisation : plus qu’un gâchis
  • Clinique Mayo : thésaurisation

sources

  • Boodman, Sandra G. “Les thésauriseurs parmi nous.” Bulletin de l’AARP. 4 février 2011. (27 juin 2011). http://www.aarp.org/health/conditions-treatments/info-02-2011/the_hoarders_among_us.print.html
  • “Phobies extrêmes: les frères Collyer.” Monde des Psychologues. (29 juin 2011). http://www.psychologistworld.com/issue/collyerbrothers.php
  • Personnel de la clinique Mayo. “Palissade.” Clinique Mayo. 5 novembre 2010. (27 juin 2011). http://www.mayoclinic.com/health/hoarding/DS00966
  • Metcalf, Eric, MPH. “Thésaurisation: plus qu’un simple gâchis.” WebMD. 19 avril 2011. (27 juin 2011). http://www.webmd.com/mental-health/features/harmless-pack-rat-or-compulsive-hoarder
  • Steketee, Gail, Ph.D. “Palissade.” Fondation internationale des TOC. 2010. (27 juin 2011). http://www.ocfoundation.org/hoarding/about.aspx